Marion Sancellier
Dijon

Théâtre.

Metteuse en scène. Comédienne.

Pour cette prem!ère édition de la revue Marion Sancellier propose trois nouvelles :

- Le séquoïa

- Benjamin

- du Congo à Malte : l'histoire d'Ely

Raconter, montrer, rencontrer des vivants, des personnes en marche sur le chemin de leur vie. Chemin qui n’est pas tracé mais qu’ils dessinent eux-mêmes, ici, chez eux, en eux, chez nous, à côté de nous ou avec nous.

Il est question de mouvement de vie, d’une photographie, d’un récit, à cet instant de vie qui nous raconte leur mouvement. Rien n’est fini, rien n’est figé. Tout est en marche. Tout est vivant.

En allant à leur rencontre, en entrant en conversation avec eux, nous allons également à la rencontre de nous-même, parce qu’écrire ces récits, rencontrer l'autre exige d’aller chercher au-dedans de soi, au-delà de soi.

Nous ne sommes pas seuls.

Je m’appelle Marion, j’ai 35 ans.

Je viens du théâtre où j’ai servi des auteurs, des metteurs en scènes, des propos, pour raconter des histoires, des vies, des époques.

Aujourd’hui avec DESTINEES, je vais rencontrer, écouter, écrire des récits de vie d’hommes et de

femmes d’ici et d’ailleurs.

Avec qui vivons-nous ?

Qui nous donne la parole ?

Qui sommes-nous ? Un nom…un prénom… un visage…un regard… une vie…une histoire.

Entrons en conversation.

Ma démarche artistique a toujours été liée au mouvement, pour un théâtre du sens et du sensible, où se rencontrent le texte, la musique, la danse…

Mes recherches personnelles m’ont amenée à expérimenter le croisement des disciplines et d’observer dans leur rencontre comment elles se nourrissent l’une de l’autre. Comment se parlent-elles ?

Ce point de rencontre est source de création.

Ce lieu de rencontre est lieu de création.

De cette rencontre naît la création.

Pour moi il ne s’agit plus d’observer les influences des uns sur les autres mais la confluence des uns

et des autres…des uns avec les autres….de nos vies. Cet endroit, ce chemin où la rencontre avec

l’autre est la réconciliation d’avec nous-même.

Nos vies sont révélées dans la vérité de ces rencontres.